Le Président du Burundi:

Pierre Nkurunziza est originaire de la Province de Ngozi au nord du Burundi où il est né le 19 décembre 1964. Il a fréquenté l’école primaire dans sa région natale et a poursuivi sa formation secondaire en province de Gitega, au centre du pays, avant d’entamer ses études universitaires en 1987. Son père Eustache Ngabisha a été élu membre du parlement burundais en 1965. Il deviendra plus tard Gouverneur de province avant d’être tué au cours des violences ethniques de 1972 qui ont emporté la vie de plus de 100.000 Burundais. L’étudiant Pierre Nkurunziza était si brillant qu’il a obtenu sa licence avec mention « Distinction » en 1991. Il a ensuite presté comme enseignant du secondaire en province de Muramvya (centre du pays), avant d’être recruté comme Professeur Assistant à l’Université du Burundi, de 1992 à 1994. Pierre Nkurunziza - World Economic Forum on Africa 2008.jpg

En 1995, quand le Burundi faisait face à sa plus sanglante guerre civile liée aux antagonismes tribaux entre Hutu et Tutsi, il a échappé de justesse à un assassinat par des bandes armées. Au même moment, on rapportait une attaque dirigée par des gendarmes ou des éléments de l’armée contre le campus universitaire de Bujumbura, en connivence avec certains étudiants, dont l’identité exacte reste toujours inconnue.

Après cet incident, Nkurunziza prit le chemin du maquis pour rejoindre les combattants de la rébellion du Conseil National pour la Défense de la Démocratie – Force de Défense de la Démocratie (CNDD-FDD). Il fut vite promu aux plus hautes responsabilités au sein de ce mouvement. Grâce à son succès sans cesse croissant au sein de ce mouvement, il fut désigné Secrétaire Général du CNDD-FDD chargé des affaires intérieures en 1998. En 2001, alors que des dissensions internes surgissaient au sein du mouvement, il en fut élu Président pour aider à redresser la situation. Lors d’une seconde élection d’août 2004, on décida de le maintenir à ce même poste.

En tant que Chef du CNDD-FDD, il a conduit sa délégation aux négociations de paix d’Arusha (Tanzanie) avec le gouvernement de transition du Burundi. Ce processus aura abouti à la signature d’un accord global de cessez-le-feu et à un accord de partage du pouvoir en 2003.

En 2004, Nkurunziza a été élu Président du CNDD-FDD juste après l’enregistrement du mouvement comme parti politique agréé au Burundi. Déjà en 2003, il avait été nommé Ministre d’Etat chargé de la Bonne Gouvernance et Inspecteur Général de l’Etat dans le Gouvernement de Transition du Président Domitien NDAYIZEYE. Durant l’exercice de cette importante fonction, les Burundais devaient vite remarquer que Nkurunziza était un homme de grande valeur, un homme de paix, de dialogue et de compromis.

Il sera désigné par son parti comme candidat aux élections présidentielles de juin 2005. Il a d’abord été élu parlementaire dans sa circonscription de Ngozi, au nord du pays. En date du 19 août 2005, il fut élu Président de la République par un collège électoral formé de tous les parlementaires pour être investi une semaine plus tard, le 26 août.

Le nouveau chef d’Etat hérite d’un pays ruiné par plus d’une décennie de guerre civile et de dictature. Malgré toutes ces difficultés, Pierre Nkurunziza s’est depuis lors investi en faveur de la restauration de la paix et de la concorde entre tous les Burundais.

Sa politique est axée sur la reconstruction, la réconciliation, la relance économique et la stabilité politique. Il a été réélu à la tête du pays au scrutin présidentiel du 28 juin 2010, cette fois-ci au suffrage universel direct, avec 91,6% des voix, pour un nouveau mandat de cinq ans.

Pierre NKURUNZIZA est connu comme un homme de dialogue. Il n’a ménagé aucun effort pour parvenir à un accord de paix avec le dernier groupe rebelle, le Palipehutu-FNL, devenu plus tard parti politique FNL. L’accord définitif de cessez-le-feu a été signé en décembre 2008.

La simplicité de cet “Homme” n’est plus à démontrer. Il a toujours été aux côtés de la population avec laquelle il passe la majeure partie de son temps. L’une de ses principales préoccupations est de voir le Burundi sortir de sa pauvreté.

Depuis son investiture, Pierre Nkurunziza a initié les travaux communautaires exécutés tous les samedi. Plus d’un millier d’écoles primaires et secondaires, des centres de santé ont été construits dans ce cadre. Il a également pris des mesures courageuses et salutaires en faveur des enfants et des femmes. C’est notamment la gratuité de la scolarisation primaire, des soins de santé pour les enfants de moins de cinq ans et de la maternité.

La sagesse caractérisant la carrière politique de Pierre Nkurunziza est devenue une source d’inspiration pour ses collègues, pour les pays plus nantis, et bien d’organisations à vocation humanitaire. Plusieurs prix et titres honorifiques ont été déjà décernés à Pierre Nkurunziza en reconnaissance de ses qualités d’homme de paix. Certains d’entre eux sont les suivants :

• En octobre 2011, l’Organisation Internationale ‘Peace and Sport’ a décerné un trophée de meilleur leader politique à SE Pierre Nkurunziza qui a su faire du sport un outil de paix et de réconciliation dans son pays.

• En septembre 2010 à New Delhi, SE Pierre Nkurunziza a reçu de l’organisation indienne, Unity International Foundation, le prix dénommé « Rising Star of Africa. Les autorités indiennes ont trouvé en SE Pierre Nkurunziza, des qualités d’un leader modèle pour le réveil africain en matière de développement et de la consolidation de la paix.

• Le « Prix de la Paix » décerné le 15 novembre 2009 en Italie par la Communauté San Egidio notamment pour avoir aboli la peine de mort.

• Le "Prix d’un leader modèle pour une Afrique nouvelle", décerné le 19 août 2009 à Nairobi par AFREG (African Forum on Religion and Government), une organisation religieuse basée en Floride aux Etats-Unis. Pierre Nkurunziza est le premier président africain à se voir attribué un tel prix. Une fierté pour le Burundi !

• Le « Prix de la Paix » décerné en juillet 2009 par la Commission onusienne de la Consolidation de la Paix au Burundi.

• Le « Prix de l’environnement » décerné en mai 2009 par l’association “Ceinture Verte – Burundi”, un prix dédié au roi MWEZI GISABO du Burundi.

• Le « Prix de la Paix » décerné par “Interfaith Peacebuilding” en septembre 2007 ;

• Le “Prix de la Paix” décerné par “ACCORD” à Durban en juin 2006 ;

• Le “Prix de la Paix” décerné par “Assis Pax International” ;

• Le diplôme de « Docteur Honoris Causa” décerné par “Latin University of Theology” en Californie,

• Etc…

Pierre Nkurunziza est un sportif talentueux qui aime le football et la course à vélo. En effet, il s’est intéressé au football depuis sa tendre enfance, à cinq ans déjà. Il a toujours été parmi les meilleurs joueurs au secondaire comme à l’université.

Lors de sa carrière professionnelle à l’Université du Burundi, Nkurunziza a aussi oeuvré comme Entraîneur de l’”Union Sporting”, un club qui évoluait en première division à cette époque. Devenu Président de la République, il a rappelé certains de ses anciens coéquipiers qui forment actuellement une nouvelle équipe de vétérans dénommée “Alleluia FC”.

Bien avant, en 2004, quand il était Ministre d’Etat, Pierre Nkurunziza a créé une école de football qui encadre actuellement près de 600 jeunes dans différents centres de formation à travers le pays.

Pour Pierre Nkurunziza, le sport est un outil important de réconciliation et de développement. Son école de football pourrait devenir une référence en Afrique.

En agri-élevage, Pierre Nkurunziza prêche par l’exemple. Il dispose de vastes étendues de bananeraies, de manioc, de haricots, d’ananas, etc.… Son cheptel est composé de vaches, de chèvres, de moutons, voire des chameaux. Il élève aussi des lapins et des volailles.

Depuis 2007, Pierre Nkurunziza a entrepris un vaste programme axé sur la plantation des arbres fruitiers dans tout le pays. L’objectif de ce projet est de faire du Burundi une des grandes nations africaines productrices de fruits.

Pierre Nkurunziza voudrait combattre la pauvreté à travers un changement de vieilles mentalités des Burundais intellectuels qui pensent que les travaux champêtres doivent être laissés aux seuls paysans.

Président Nkurunziza a été réélu le 28 Juin 2010 pour un second mandat à la Présidence de la République du Burundi, un fait sans précédent dans l’histoire du pays, où on était habitué à des élections suivies par des massacres, des déplacements et l’exil de centaines de milliers de personnes.

Les dirigeants des États membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) lui ont fait confiance, à leur tour, en l’élisant Président en exercice du Sommet des Chefs d’Etat de l’EAC, un bloc régional dont les pays membres ont imposé dans le passé un embargo économique sur le Burundi.

Dans son discours d’investiture, 59 jours après sa réélection, le Président Nkurunziza a déclaré l’instauration de la « tolérance zéro » contre la corruption et les infractions connexes, et a promis de construire des villages pour son peuple dans les zones rurales, afin d’améliorer leur vie. Comme la paix et la sécurité sont désormais une réalité dans le pays, le Président du Burundi est en train d’intensifier les efforts pour la reconstruction et la réconciliation d’une société qui émerge de plus d’une décennie de guerre civile.

Il a mis en place un comité technique chargé d’étudier les conditions de mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation qui permettra d’établir les responsabilités sur les crimes commis au Burundi depuis la fin de la monarchie jusqu’à nos jours. Cette commission s’inspire du modèle sud-africain.

Un chrétien accompli, “né de nouveau”, Nkurunziza a pris pour épouse Madame Denise Bucumi en 1994. Ils ont cinq enfants dont trois garçons et deux filles. Pierre Nkurunziza est né d’une famille de sept enfants dont deux ont été tués pendant la guerre civile qui a suivi en 1993 l’assassinat de Ndadaye Melchior, le premier Président burundais démocratiquement élu.


Site officiel:

http://www.presidence.bi/

 

Official site of the Permanent Mission of Burundi to the United Nations
© 2012-2015 - All rights reserved
336 East 45th Street, 12th Floor New York, N.Y. 10017
Telephone: (212) 499-0001, -0002 Telefax: (212) 499-0006 E-mail: burundi@un.int